Japan Touch-Haru / Geek Touch 9-10 Avril 2016

Le 9 et 10 Avril 2016 avait lieu la Japan Touch Haru à Lyon Eurexpo, cette fois couplée à la Geek Touch.

Etant allé aux deux précédentes Japan Touch, j’avoue ne pas du tout avoir compris où se situait l’apport de la Geek Touch, si ce n’est uniquement pour préciser le fait qu’on n’y parlera pas uniquement du Japon.

Reste qu’au-delà de cette petite réserve, l’événement était, comme toujours, excellent.

Comment, en effet, ne pas s’émerveiller devant tout cet attroupement de geeks venus spécialement en cosplay ? Sur environ 30 000 visiteurs cette année, presqu’un tiers s’était prêté au jeu. Actualité oblige, on y dénombrait cette fois plus de costumes de Deadpool, Batman, Superman ou des membres du Suicide Squad que d’habitude. Mais les cosplays de Sailor Moon, Naruto, Dragon Ball, Fullmetal Alchemist ou autres étaient toujours présents, avec cette fois, un stand complet dédié au tokusatsu, créé par l’association Kibu Corp.
20160409_10500720160409_105019

Au fur et à mesure des allées, impossible de ne pas être tenté par des achats de goodies, tant se multiplient figurines, t-shirts, posters, jeux vidéos, dvd, blu-rays, peluches, kigurumis ou autres. Parmi les différents intervenants, on n’a d’ailleurs pas manqué de venir faire un petit coucou à nos amis de Top Geek à qui nous avions déjà consacré un article.
20160409_11041720160409_10555820160409_10490920160409_104252

Parmi tous ces magasins, presque anonymement figurait une légende du jeu vidéo français : le grand, que dis-je, l’immense Marcus était venu vendre son Livre de Marcus et sa bande-dessinée L’intrépide. Humble, il acceptait de se faire prendre en photo, discutait avec ses fans… Une très bonne surprise !
20160409_113730

S’il est certainement le plus connu, il n’était pourtant pas la seule star du salon puisqu’y figuraient également Vincent Hoffman, l’équipe d’Head Trick, Les aventures de Toto, les Pokemon Trash, Bibix, Fabien Govini, Menu Manga, Mango Beauty Tips, le groupe de Death Metal End To The Next, Arthur Pester, la magnifique Trinity, Julien Bétan, Céline Landressie, Mar Vell, Kelvin Dumour, Elie Darco, Poisson Fécond, Didier Reboussin, Asthenot, Nicolas Le Breton, Links The Sun, l’équipe des Mondes Imaginaires, Joëlle Oosterlinck, Romain de Tea Time que vous connaissez sûrement déjà,  Cyril Carau, Constance du Golden Show, Stéphane Pilet, Gilles Vervisch, Clemity Jane, Jojol, LucVan Lerberghe, Vanessa Callico, Cécile Duquenne, Ginger force, Jean-Marc Lofficier et Doctor Strange, Seb Lacheray, Christophe Dougnac, JL Mast et bien sûr l’excellent Davy Mourier.

C’est d’ailleurs avec un plaisir non dissimulé que j’ai pu assister à une conférence mémorable de celui-ci sur la création live de strip.
En effet, outre le fait qu’il annonce la venue de la bande-dessinée Super Caca, qu’il annonce comme un mix de Dragon Ball, Pokemon et Jojo’s Bizarre Adventure, scénarisée par lui-même et dessinée par Stan Silas, lors de cette conférence, Mourier nous explique non sans humour, comment il dessine sa BD culte La petite mort, tout en nous dévoilant au passage quelques planches du prochain tome intitulé La petite morte. Se décrivant comme un dessinateur fainéant, sa technique vaut le détour. Il dessine en effet ses personnages dans des positions neutres, ainsi que ses décors seuls. Il les scanne ensuite en très haute définition, et se sert de Photoshop pour zoomer dans chaque dessin. Il change parfois quelques petites expressions (les yeux, la bouche) et le tour est joué ! De même, il fait toute sa mise en page lui-même sous InDesign, et écrit sa bande-dessinée au fur et à mesure qu’il la met en page. Il n’a donc aucune idée de la direction qu’un tome va prendre. Sinon, comme il le dit lui-même, il s’emmerde. Assurément, un des temps forts de la Japan Touch !
20160409_12271820160409_122845

Malheureusement, ce ne fut pas le cas des quatre conférences auxquelles nous avons pu assister. Ainsi, « Manga Vs Comics : les meilleures sorties de 2015 », animée par Mar Vell, Menu Manga, Trash, X. et Lancel, n’a pas vraiment tenu ses promesses. Alors que le débat commençait de manière fort intéressante en comparant les points d’ancrage pour les nouveaux lecteurs dans les comics face à ceux des mangas, il est devenu totalement hors-sujet en dérivant sur les adaptations cinématographiques Marvel et DC et n’a évoqué que très brièvement les meilleures sorties de 2015 alors que c’était justement le sujet de la conférence. Ce qui ne nous empêchera pas de vous citer les rares titres mentionnés : My Hero Academia, Jabberwocky et One Punch Man du côté des mangas ; Saga, Locke & Key, Civil War version Mark Millar, Fable, Punk Rock Jesus, et Le Journal d’Anne Franck côté comics. De ce débat, nous retiendrons notamment deux informations principales, à savoir qu’il est normal que la génération 80/90 ait plus de mal avec les comics qu’avec les mangas. Les années 90 ont, en effet, connu l’essor du manga en France (Akira, Dragon Ball, Ghost In The Shell…) tandis qu’à cette même époque, DC Comics et Marvel pour ne citer qu’eux, sortaient leur pires comics. Bien que cela ne fut pas abordé, nous retiendrons tout de même que le comics fut malgré tout sauvé de la catastrophe par Todd McFarlane (Spawn) et Franck Miller (Sin City) durant cette même période.
L’autre information principale porte sur le fait qu’il est difficile pour un nouveau lecteur de savoir par quel comics commencer tant les histoires s’entrecroisent dans les différents volumes et séries, alors qu’un lecteur de manga n’a juste qu’à commencer par le tome 1 et est sûr de pouvoir suivre facilement l’aventure de son héros qui, dans certains cas, grandit en même temps que lui.
Une conférence en demi-teinte en somme.
Mais moins catastrophique que « L’art de la bande-annonce », pourtant très bien animée par Mo de « la place du Milieu », mais où malheureusement les intervenants Waren Flamel et Ulysse semblaient être persuadés que le cinéma avait été inventé dans les années 1990. Heureusement que Stéphane Bedjidian était là pour leur expliquer que Hitchcock, Kubrick, Wyler et De Palma existaient, sans quoi on frôlait la catastrophe.

Enfin, la dernière conférence dont je tiens à vous parler fut celle animée par Fabien Govini, Level Designer chez Ubisoft Montreal et à qui on doit le Level Design de quelques Assassin’s Creed et autres Far Cry. Une conférence brillante durant laquelle celui-ci est revenu sur la manière dont on crée un Open World dans le jeu vidéo. Au-delà de cela, et peut-être sans s’en rendre compte, le processus de fabrication d’un Open World est comparable à celui de fabrication de certains films, Avatar en particulier. Et il est incroyable de se rendre compte de la complexité du travail de réflexion que cela nécessite, du nombre de questions qu’il faut se poser pour qu’un monde, bien que non réaliste, puisse être crédible. Impressionnant.

20160409_113245

Mais la Japan Touch, c’est aussi une arène dédiée à différents jeux d’équipe, comme le « Trollball » que vous pouvez voir sur la photo ci-dessus, ou encore le « Quidditch » et les « Cartonnades ». Mais aussi des concours de chant, de cosplay, des quizz et des concerts. Et également des stands complets dédiés au gaming. Impossible pour un journaliste seul d’être exhaustif sur un tel événement qui nécessiterait d’être à chaque fois dans trois endroits simultanément au minimum. Sans oublier les stands dédiés aux jeux-vidéos ou aux créateurs et portraitistes en tous genres.

En somme, un événement culturel d’exception !

20160409_11354020160409_105257

 

Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.