Playlist #42 : Pour une nuit

Vous pensiez que les playlist, c’était fini, terminé, rayé, éradiqué pour de bon ? You fools ! C’est en force que nous revenons pour vous présenter les playlist personnelles. Retrouvez chaque mois des univers différents, parfois aux antipodes les uns les autres, parfois secrètement liés, parfois ignorés du commun des mortels.

C’est pour moi une occasion toute particulière de vous faire part de mon amour pour la nuit. Ceux qui me connaissent bien diront pourtant que je n’ai rien d’un animal nocturne. En effet, on me classerait aisément dans la catégorie de ceux qui lézardent longuement au soleil. Ceux qui voudraient boire à grandes gorgées le bleu éclatant du ciel en plein après midi. Ceux qui dès le crépuscule oseraient croquer les étoiles et raviver le bleu muet du jour mourant.

Néanmoins, je me permettrai pour cette playlist d’enfiler ma robe couleur de lune pour vous proposer mes nuits rêvées, idéalisées, stylisées, fantasmées. Cette playlist s’adresse donc à tous ceux qui n’osent pas faire un pas de l’autre côté du rideau. Elle s’adresse aussi aux oiseaux de nuit et aux créatures des ténèbres. Je la dédie également à  ceux qui cultivent la solitude à plusieurs. Puis enfin, à ceux qui ne trouvent jamais le repos.

// Écoutez la playlist sur notre chaîne Youtube ou directement à la fin de l’article ! //

Voyage(s) au bout de la nuit

Pour une nuit d’errance, c’est un morceau des Flash and The Pan que je vous propose avec Walking in the rain . En effet, sa ligne de basse taquine feront de vous cet/te inconnu(e) mystérieux que l’on croise une fois sous la pluie pour ne plus jamais le revoir. Le ou la Passant(e), ce sera vous.

Pour une nuit d’horreur, les Béruriers Noirs (ou le punk par excellence) vous relateront les événements tragiques et incongrus de La Nuit Noire. Attention, je vous vois déjà trembler de dégoût.

Pour une nuit de cauchemar, sachez que les créatures du monde inférieur se concerteront pour vous tourmenter. Néanmoins, il est bel et bien possible de les charmer et d’en faire vos alliés. Comment ? Grâce aux percussions infernales du Thème principal de Suspiria, chef d’œuvre des diaboliques Goblin.

Nuits magiques

Pour une nuit à la chandelle, contemplez les ombres dansantes sur le mur au son de  One Night  des Deine Lakaien. Blottissez vous dans vos draps. Maintenez la flammèche en vie. Les ténèbres vous effraient et vous avez bien raison. Qui sait quelles silhouettes informes se cachent sous votre lit ou dans votre penderie.

Pour une nuit d’amour, je vous ouvre les portes de  l’Hôtel Particulier. Gainsbourg aurait refusé de le garder fermé pour lui seul : toutefois, gardez son adresse bien secrète.

Pour une nuit de danse, pas besoin de porter vos plus beaux souliers, votre déhanché suffira à vous porter au rythme du remix de Badaboum d’Hoverphoonic, par Alle Farben. Attention cependant à ne pas encombrer la piste avec vos moulinets de bras.

La nuit vous appartient

Pour une nuit d’été, privilégiez la légèreté. Tissus vaporeux, songes voluptueux, rien ne doit être laissé au hasard. Écoutez, La Fille aux Cheveux de Lin, de Claude Debussy, vous appelle depuis l’autre bout du pré.

Pour une nuit dehors, chaussez votre plus belle monture, verres brisés, teintés, ou simplement fumés. Puis embarquez votre walkman et arpentez les rues en compagnie de Corey Hart qui murmure Sunglasses at night à votre oreille.

Pour une nuit de perdue, rendez-vous à 6h16 sur un banc. Certes, vous  allez ressasser les heures précédentes en compagnie des Casseurs Flowters. Vous formerez là une belle bande de bras cassés. Mais ne soyez pas trop dur avec vous même. À la nuit prochaine.

Et c’en est tout de ces Milles & Une Nuits. Merci.

Leave a Reply