Playlist #45 – Cocktail Ersatz

La playlist du mois de juin est là, et elle est pour ceux qui n’auront pas de vacances cet été, les délaissés du système. Faut pas se laisser abattre, et c’est pas parce que vous êtes le seul à encore bosser que vous n’avez pas droit à un peu de soleil dans votre petit cœur. Une playlist pour se la couler douce comme on peut, avec les moyens du bord.

C’est bientôt l’été, votre cœur est déjà sur la plage, votre cerveau est en RTT depuis avril et votre âme s’allège chaque jour un peu plus à l’idée de partir en vacances bientôt. Ou pas.

Je ne vous le souhaite pas, mais certains d’entre vous seront bloqués sous la clim trop forte de leur open space tout l’été, frustrés un peu plus à chaque post Instagram de vos potes qui sont à l’autre bout du monde, #nofilter, à boire des mojitos les pieds dans l’eau. La vie peut être parfois mal faite.

J’ai pensé à vous, et je vous propose une playlist à écouter les pieds dans l’herbe, une canette de bière tiède à portée de main. Pour avoir un ersatz de vacances. Pour quand même tenter de se sentir autre chose qu’un travailleur, pour divaguer, pour être plus léger, pour profiter du soleil, pour trouver ça beau putain. La playlist dont vous êtes le héros.

Imaginez, vous êtes au Parc de la tête d’Or, allongé dans l’herbe, tout n’est que calme et volupté – parce que vous êtes malin et que vous y êtes allé un lundi –, vous sortez votre casque et vous lancez cette musique écrite pour cette situation : Everything Else de Syd Matters. Dès les premières notes tout va mieux, vous oubliez Bertha du service RH, qui vous a signifié sèchement que vous pourrez vous carrer vos heures sup’ dans un endroit bien intime.

Cette playlist commence calmement, je vous laisse aller dans les Amériques, réfléchir à ce qu’est l’amour – un peu de philosophie ne fait jamais de mal, ja-mais, encore moins pour réfléchir à ce qu’est l’amour – vous rappeler que finalement la vie c’est bien, c’est beau, c’est simple. Quel monde merveilleux.

Et puis Becca Stevens va venir vous faire hérisser les poils, vous réveiller l’âme avec sa voix divine, vous demander pourquoi vous ne rentrez pas à la maison. Hein ? Pourquoi ?

Parce que vous passez une nuit torride avec Colette Renard, qui vous apprend les secrets de l’onanisme, qui vous fait du féminisme d’avant-garde – c’est pas parce que c’est l’été qu’il faut arrêter tous les combats.

Après toute cette luxure, vous avez faim, vous voudriez bien un peu de pudding tiens, avec du sucre en poudre. Malheureusement vous n’avez pas un kopeck sur vous, c’est le drame(ophone), vous swinguez vite fait bien fait en direction d’une belle et jolie personne – choisissez le sexe que vous préférez –, qui vous accroche d’un regard langoureux. L’été c’est aussi l’amour, ne l’oublions pas, les flirts, les bisous dans le canoë-kayak, les balades en bord de mer. Enfin, pour vous, en bord de lac. Après une nuit enflammée avec votre conquête, vous remettez vos lunettes de soleil, et partez dans le soleil levant tel un héros des temps modernes.

C’est bon, vous êtes détendus ?

Print Friendly

Leave a Reply