Vous connaissez sûrement Le Bal des Ardents située au 17 rue Neuve, entre les métros Cordeliers et Hôtel de Ville. Si cette librairie attire l’œil par son arche d’entrée entièrement faite de livres, ne vous limitez pas à prendre la devanture en photo, entrez à l’intérieur, et vagabondez dans les rayons riches en références d’avant et d’aujourd’hui ; le tout dans un cadre reposant et surtout magnifique !

Pour mieux connaitre ce lieu, cette ambiance, je m’y suis rendu, j’ai escaladé l’échelle centrale menant à un petit bureau mezzanine, dominant la librairie, pour interroger Francis Chaput, le responsable et surtout le lecteur passionné à l’origine de cette aventure littéraire…

IMG_2315

Pour commencer, qu’est-ce qui fait l’originalité, la force de cette librairie, qui reste connue et reconnue dans le paysage lyonnais ?

F. C. (Francis Chaput) – C’est le fait qu’on pratique la librairie comme elle se pratiquait jusque dans les années 80, c’est-à-dire avec du fond. Donc ça parait tout simple comme ça et je n’ai absolument rien inventé. Mais sinon, depuis 20 ans, sinon un peu plus, toute la chaine du livre a poussé à considérer l’objet livre comme n’importe quel objet marketing et à lui appliquer les règles du marketing alors que par ailleurs, comme vous le savez, il est à prix unique en France depuis janvier 1982. Donc appliquer des règles du marketing sur un produit qui de toute façon, par dérogation, a un prix fixe partout, est un peu curieux.

Tout ça pour dire que la plupart des librairies et les grands espaces culturels tendent à proposer essentiellement la nouveauté ; il y a un système où les livres arrivent, vous les gardez un mois et demi, et puis ils repartent, et ainsi de suite chaque semaine…

Dès le départ, je n’ai pas été inscrit à l’office général qui guide ce système de nouveautés, c’est-à-dire que tout ce qui se trouve ici a été choisi. Donc je ne fais pas tous les genres, par exemple, je n’ai rien sur le développement personnel qui, aujourd’hui, a un gros poids en termes de chiffres…

Dans cette librairie, on essaie de défendre la littérature de création plutôt que la littérature de consommation. L’idée de départ est de faire la librairie dans laquelle je serai content de rentrer, je suis avant tout un lecteur et j’étais un rat de librairie. Comme tous les grands lecteurs, je visitais toutes les libraires de Lyon pour trouver mon miel !

Puis bien entendu, il y a le lieu aussi ; la configuration des lieux est une des raisons qui m’a poussé à tenter l’aventure, parce que, comme vous le voyez, c’est un bel endroit. Et même s’il n’était pas comme ça au départ, on voyait tout de suite qu’il y avait du potentiel pour en faire un lieu qui se remarque !

Avec les 10 ans de cette librairie, que pouvez-vous dire, que pensez-vous de la place de la littérature chez les Lyonnais ?

F. C. – C’est difficile… Je ne suis pas lyonnais d’origine, mais c’est la ville où j’ai passé le plus de temps. Et ayant cette librairie assez originale, je rayonne, je vois beaucoup de non-Lyonnais qui viennent des villes aux alentours, parce que Lyon reste une grande ville centrale où se trouvent des trucs qu’on ne trouve pas ailleurs… C’est une question plus pour un sociologue. Ce n’est pas évident, je pense que la lecture est un média à part, en termes d’imaginaire… On est quand même vraiment à un tournant technologique, l’image développe un autre rapport au temps.

Mais il y a une sorte de flou, de questionnement, autour de ce rapport à la lecture, et je pense que c’est assez logique. Il y a 10 ans, on se disait qu’on serait tous sur tablettes et Smartphones, mais en fin de compte, ce n’est pas si évident que ça. En effet, si la librairie se porte bien, c’est parce que le papier reste en avant et qu’il y a du stock ; donc il a une demande ! La lecture est un rapport complètement opposé à la rapidité du « double-clic », elle demande de la solitude et du temps, et le livre est devenu un objet à part et en même temps étalon de ce qu’il se passe en ce moment.

Portez-vous un regard particulier à la littérature lyonnaise ?

F. C. – Oui, c’est surtout que je connais des éditeurs lyonnais, et donc on est attentif à leur travail et bien sûr à la soutenir, comme la Fosse aux Ours, Jérôme Million, (etc.) avec qui on a des rapports privilégiés. Mais après, c’est surtout le contenu du livre, le texte en lui-même qui représente quelque chose. Et ici, je n’ai pas de rayon régionaliste, j’essaie surtout de m’axer sur le contenu, le livre en tant que tel.

Justement, à propos du livre en tant que tel ; quelle est votre dernière claque littéraire ? Une référence qui vous a marqué et que vous conseilleriez ?

F. C. – Oh oui, il y en a deux ! L’une est une nouveauté même si ça a été traduit dans les années 80 et ça ressort au Tripode, ça s’appelle l’Ancêtre, de Juan José Saer, donc on la met en avant sur le site et le Facebook de la librairie. Et une autre qui s’appelle Il fut un blanc navire, de Tchinguiz Aïtmatov chez Libretto, qui est un petit texte absolument superbe ! Les deux ne sont pas foncièrement drôles, mais ce sont vraiment des claques, pas des coups de cœur, ce sont vraiment des textes qui restent, qui ne vous laissent pas indemne !

Pour poursuivre, quel livre serait pour vous « l’indispensable », le livre qu’il faudrait proposer à quelqu’un qui n’a jamais mis les pieds sur terre ?

F. C. – Ça revient un peu à la question du livre qu’on emmène sur une ile déserte… Je conseillerai des livres un peu… inépuisables, un peu touffus, comme l’Anatomie de la mélancolie de Robert Burton, ou encore Montaigne, oui, ces livres-là, où vous trouvez de tout, un peu de l’essai, du roman, du récit, de la poésie, des textes comme ça qui partent dans tous les sens, qui présentent tout un tas de pistes différentes… d’expressions différentes.

Et pour conclure, quand on entre dans votre librairie, on passe sous cette arche presque « mystique », et on entre dans un monde complètement différent, une sorte de grotte, de caverne aux trésors…

F. C. – Oui en fait, c’est un heureux hasard, pas tellement une volonté de ma part. Cette arche faisait partie d’une exposition qui a tourné à Angoulême, à Prague et à Lyon, et l’éditeur qui a monté cette expo m’a proposé d’installer cette arche dans la double entrée de la librairie, et j’ai dit « Ouais ! » ; parce que tous les amoureux du livre trouvent ça attractif. Je n’ai pas calculé que ça fasse bouquiniste ; il y a des gens qui arrivent et qui s’étonnent que je ne fasse pas que de l’occasion et que ce soit aussi grand, qu’il y ait un côté un peu « grotte de Gaston Lagaffe »…

Voilà, c’était surtout un clin d’œil résultant du hasard et de bonnes rencontres. Je n’avais pas envisagé que ça allait autant attirer et plaire ! Puis, il y a aussi les lieux, on me dit que ça fait un peu « monastère » avec les voutes, mais il faut vivre dans son ère, malgré ces lieux on trouve des livres d’aujourd’hui, qui parlent d’aujourd’hui. Si mes gouts tendent sur un look à l’ancienne, la démarche n’est pas de faire un musée, je ne suis pas « passéiste », il faut rester dans l’actuel !

Le Bal des Ardents propose un site Internet et une page Facebook mettant à jour tous les évènements liés à cette librairie, alors on sort de chez soi, et on commence la visite par ici !

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.