Bottle Next est un duo hors normes, qui propose des compositions rock bien trempées, originales et novatrices. Voix rauque mais mélodieuse, guitare électro-acoustique, batterie puissante et groovy. Ils se tiennent bien à distance des cases et étiquettes : improbables et imprévisibles, ils livrent une musique riche et imposent leur sauce en repoussant les barrières des genres musicaux. Nous avons eu l’occasion de découvrir, autour d’un café, deux artistes décalés et attachants. 

À l’occasion de la sortie de leur premier album Bad Horses le 27 Janvier 2017, on a fait une rencontre sympa avec Pierre (guitare, saxophone, chant) et Martin (batterie, samples, chant).

 img_6547-1

Bonjour Bottle Next et merci de nous accorder cette interview, pouvez-vous vous présenter aux lecteurs d’Arlyo qui ne vous connaîtraient pas encore ?

Alors Bottle Next est un projet qui a maintenant 6 ans. On a eu l’occasion de sortir 2 EP, un en 2014, auto-produit et dont la communication était un peu officieuse et un autre en 2012. On se produisait surtout en live mais la rencontre avec l’équipe du Cri du Charbon nous a donné envie de concrétiser ça avec un album. L’album sera composé de 11 titres inédits et diffusé par le label stéphanois « Le Cri du Charbon ».
Après 6 ans d’existence du projet, c’est une étape importante pour nous.

Justement par rapport à l’album Bad Horses, qui sort le 27 Janvier, vous pouvez nous en dire un peu plus ?

On a travaillé dessus pendant un an et demi, donc on a fait beaucoup moins de concerts pendant ce temps, pour s’y consacrer.
Les 11 titres ont été mixés par Daniel Bergstrand : il a mixé pas mal d’albums de métal, c’est une référence pour nous.

Au niveau des textes dans l’album, on essaie de parler de tout, on aborde des thèmes complexes comme la sexualité mais de façon personnelle et abstraite, qui laisse place à l’interprétation. On essaie de créer un décalage. Les paroles et le chant ont pris une place importante dans l’album Bad Horses.
Le nom de l’album vient d’une bande dessinée qui s’appelle Scalp, qui raconte l’histoire d’un indien qui se fait appeler le « Bad Horse » ; ça renvoie à quelque chose d’indomptable et sauvage.
On est pas particulièrement fan d’équitation par contre.

img_2859

Sur votre site, on peut lire que vous faites de la HardFolk : kézako ?

L’étiquette est venue du public, c’est un genre un peu « sur-mesure ». Bottle Next c’est un projet un peu atypique autour d’une guitare folk et d’une batterie. Sur scène on est que deux, l’objectif c’est d’avoir un son « mammouthesque », la puissance et l’énergie d’un « band ».

Sur scène justement, vous jouez le 30 Novembre au Ninkasi KAO pour la première partie de Steve’n’Seagulls, on y entendra les titres de l’album ?

Oui, on a essayé d’adapter nos compositions studio à l’ambiance d’un concert. On aura l’occasion de les présenter et de voir comment elles sont reçues par le public.

Vous avez donc une bonne expérience de la scène, quel est votre meilleur souvenir lié à un concert ?

En 2014, Pierre s’est pris une échelle d’un ingénieur sur la tête pendant les balances. C’était une date particulière dans le Gard ; mais au final ça reste un bon souvenir.
On retient tous nos concerts de manière générale, où l’ambiance est particulière…

Une fois, on a joué dans une prison, devant une vingtaine de prisonniers. C’est dans ce genre de moments que tu te rends compte à quel point la musique adoucit les mœurs. Ça reste vraiment gravé pour nous. Il y a eu un échange véritable avec les prisonniers, qui nous ont posé des questions et se sont intéressés au projet… C’était marquant ! Ils étaient assis, c’était pas facile, les conditions étaient particulières mais on a senti qu’ils lâchaient prise… Les conditions étaient vraiment contraignantes et stressantes mais l’énergie était unique.

Vos 5 albums préférés ?

Martin : « Je dirais la Clockwork de Queen of the Stone Age ; et l’album Malibu d’Anderson Paak, j’ai saoulé tout le monde avec cet album ! »
Pierre : « C’est pas facile mais je dirais Perfect Darkness – Fink, l’album Koloss de Meshuggah et A. Bashung – Fantaisie militaire. »

Une dernière question, si vous deveniez sourds, dans quel domaine vous reconvertiriez-vous ?

Martin : « J’essaierais de continuer de faire de la musique, je suis sûr que les gens seraient tolérants, comme Stevie Wonder. »
Pierre : « J’adore le cinéma, j’aurais sûrement fait du cinéma muet. »

Une dernière chose à ajouter ?

Gardez le sourire !

img_9018-1

Retrouvez Bottle Next sur leur site, Bandcamp et Facebook !

Mais surtout sur scène ! Le 30 Novembre au Ninkasi KAO !

Print Friendly, PDF & Email
0 Commentaire
0

Related Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.