C’est au sein même de ce fabuleux théâtre et festival de La Tour Passagère, né à la confluence entre les époques et les styles baroques et modernes, que l’équipe d’ArlyoMag est allé flâner. Cette ambiguïté du lieu ne pouvait que jouer en faveur de la pièce « Broadway Baroque », elle même partagée entre deux styles musicaux bien déterminés.

Dans un théâtre temporaire lyonnais, de forme cylindrée, se trouve un formidable univers. La tour passagère porte bien son nom. À travers elle, les spectateurs deviennent les témoins et les passeurs d’un moment inédit, celle de l’hésitation d’un chanteur  ; de ces débuts, à ses doutes et enfin, à l’affirmation de ses passions. Bienvenue dans Broadway Baroque. L’égale virtuosité de Lisandro Nesis et de son musicien (Raphaël Sanchez) nous offre une immersion totale.

Durant un peu plus d’une heure de show, Lisandro Nesis nous raconte une histoire drôle et touchante, celle d’un amour contrarié entre son goût pour deux univers que tout oppose : le chant baroque et la comédie musicale. Une histoire inspirée de sa propre carrière, qui parle à tous ceux qui se sont déjà sentis tiraillé entre deux passions.

BB

Cette pièce fut une découverte pour nous. À la croisée entre la musique et le théâtre, elle a su nous étonner, nous faire rire mais aussi nous faire comprendre à la perfection l’ambivalence de la situation. C’était une bonne surprise, d’autant plus que le lieu, permettant de se sentir proche de l’acteur et de la musique, a sublimé le spectacle. Une note de bémol cependant. Compte tenu de la diversité des morceaux interprétés, laisser une trace de leurs titres aurait offert au public néophyte, une fois à l’extérieur, la possibilité de se plonger de nouveau dans ces mondes encore inexplorés. Profitons-en pour rappeler que ce spectacle était une création, et gageons que les représentations futures trouverons un moyen d’y remédier.

Comme nous vous le rapportions il y a quelques temps, le directeur de La Tour Passagère, Jérôme Salord, nous promettais dans son théâtre éphémère des moments «  inoubliables et suspendus  ». Plus que cela, il souhaitait surtout offrir un lieu unique d’expression pour des formes musicales et théâtrales innovantes. De ce point de vue, Broadway Baroque est emblématique de la programmation de ce festival. Et pour cause, il s’agit d’une commande que son directeur a passé au chanteur Lisandro Nesis, tout spécialement pour La Tour Passagère. Ce qui nous prouve que, non comptant de repérer d’incroyables spectacles pour les lyonnais, ce nouveau rendez-vous sait aussi prendre le risque de laisser carte blanche aux artistes.

11713552_10207379377062732_922426007_n

Générosité et convivialité. Deux maîtres mots qui résument l’ambiance de ce festival, à l’intérieur comme à l’extérieur de la tour… Un partenariat passé avec Emmaüs transforme le square Delfosse en un bric-à-brac charmant de chaises, de fauteuils et de tables dépareillés, où le public est invité à s’asseoir pour discuter, prendre et un verre et prolonger la soirée (et éventuellement, repartir avec des meubles). La Tour Passagère réussit le tour de force, à Lyon, de transformer ses spectateurs en festivaliers.

Souhaitons donc une longue vie à ce festival atypique, que vous pouvez encore découvrir jusqu’au 15 juillet, date à laquelle s’achèvera cette première édition. À ArlyoMag, nous attendrons avec impatience le retour de cet événement, qui possède tout pour devenir, sous peu, un incontournable de Lyon.

Article écrit en collaboration avec Julie Petitfrère

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.