Depuis 1992, Grame, centre national de création musicale basé à Lyon, incite la réalisation d’œuvres musicales nouvelles lors d’un événement pluridisciplinaire, Musiques en scène. Cette manifestation est l’une des principales de la création musicale en France comme en Europe. L’objectif pour les artistes est de penser, concevoir et réaliser de nouvelles œuvres musicales à travers la transversalité des arts (musique, théâtre, exposition, danse, cinéma), et l’analogie entre les arts et la science. Par la suite, les chiffres sont parlants : 605 artistes ont déjà joué  lors des 758 manifestations publiques organisées par Grame. En 2002, Musiques en Scène devient officiellement une biennale.

La Biennale Musiques en Scène a débuté le 11 mars et ne se terminera qu’au 29 de ce même mois. Pour cette septième édition, Grame a pris comme fil conducteur le nuage, semblable à une invitation au rêve et surtout en référence au cloud computing, ce nouveau concept de l’ère technologique dans laquelle nous vivons. Le nuage représente cette grande nébuleuse que sont les composantes numériques et technologiques. Elles abreuvent, voire submergent, nos ordinateurs et téléphones portables, se développent tel un fluide invisible pour transformer notre civilisation en un vaste réseau de communication et d’information à distance.

Grame partage un grand intérêt pour les nouveaux outils technologiques et créatifs avec l’artiste allemand, Heiner Goebbels, invité mis à l’honneur. Musicien, metteur en scène, connu et reconnu internationalement pour ses scénographies musicales, Goebbels a réuni tous les genres artistiques dans son Œuvre. Cette pluridisciplinarité lui a permis de mieux travailler sur la perception du corps humain envers l’association de la musique, du texte et des images. Ainsi, la Biennale Musiques en Scène a organisé la plus grande rétrospective jamais réalisée pour et par lui. Un parcours Heiner Goebbels a été mis en place à travers différents événements à Lyon et dans la région rhônalpine. Cette exposition retraçant sa force créative est étendue : Listen Profoundly, une installation sonore et visuelle au Musée d’art contemporain de Lyon se déroule du 6 mars au 20 avril ; un théâtre musical, Stifters Dinge (2007) sera joué les 13, 14 et 15 mars au TNP de Villeurbanne ; un opéra théâtre, Chants des guerres que j’ai vues (2007) aura lieu entre les 11 et 15 mars au Théâtre des Célestins de Lyon ; la diffusion d’un film documentaire au cinéma Toboggan de Décines ; un orchestre le 20 mars à l’Auditorium de Lyon ; ainsi que d’autres manifestations à Lyon et à Oullins.

En plus de la rétrospective, une vingtaine de lieux culturels, tels que les théâtres, musées, salles de concert, mais aussi les places, rues, cafés et même écoles d’art localisés à Lyon et jusqu’à Valence, Vienne et Saint-Étienne, accueillent les manifestations de cette grande Biennale généreuse et diversifiée. Effectivement, c’est l’occasion pour de jeunes artistes du conservatoire, par exemple, de se produire en public, aux cotés des plus grands. De même, tous les styles de musique y sont représentés et joués.

De quoi être sur son petit nuage.

Pour plus d’information : http://www.bmes-lyon.fr/

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.