bakuman

Bakuman

Un festival qui en est à sa 5e édition. Mauvais genre, voici le thème choisi pour cette année 2014 et pourtant le manga est loin d’en être un. Cette version japonaise de la bande dessinée qu’on connaît est l’œuvre d’un mangaka, un dessinateur de manga qui court le risque d’être victime de son succès et de voir son rythme de travail augmenté, car les délais de parution y sont alors très réduits. Il n’est pas donné à tout le monde d’être mangaka, pour mieux vous en rendre compte, vous pouvez lire Bakuman : l’histoire de Moritaka Mashiro, un collégien doué en dessin, qui se voit contraint par Akito Takagi, le premier de sa classe et scénariste à ses heures, à créer un manga.

Le résultat de ses longues heures de travail ? Un manga dont on ne peut se défaire si facilement. Il y en a de toutes sortes, l’un d’eux vous conviendra forcément. Le style shônen, par exemple, se base en grande partie sur le développement d’énergies positives  par l’intermédiaire d’un héros auquel on peut s’identifier. Un héros également doté d’un talent, d’un don particulier qui l’amènera à se dépasser et à accomplir de grandes choses.

Il y a aussi le style shôjo, un terme qui signifie jeune fille et qui est tout naturellement adressé à ce genre de public. C’est un style qui aborde tous les sujets, le sport, la musique ou encore la mode. Une petite histoire d’amour ajouté à l’ensemble et le tour est joué.

De même, le style kodomo est destiné avant tout aux enfants dans le but de les divertir, mais on comprend parfaitement qu’une personne plus grande se laisse attendrir par un Pikachu.

Autant de styles que l’on peut retrouver à ce festival qui prendra fin le 17 mars. Ça se passe à la bibliothèque universitaire de  Lyon 1.festival-science-manga-2014

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.