La douce folie de l’ornithorynque #3

par Arlyo Team
0 Commentaire

[L’été passé, ArlyoMag a lancé son premier concours de nouvelles. En plus de voir son texte publié sur le site, l’auteur gagnant pouvait saisir l’opportunité de collaborer avec le Mag’ le temps d’une saison. Après une farouche délibération, c’est la nouvelle Fragments, de Loriane Ferreira, qui l’a emporté. Les lecteurs pourront donc, chaque mois, découvrir un nouveau texte de cette plume que l’Arlyoteam est fière de vous faire découvrir !]

// Lire la première et la seconde partie //

ornithorynque

Un après-midi, alors qu’Éléane regardait la vie passer à travers la fenêtre de sa chambre, Louis se présenta à la porte. Il entra dans sa chambre sans frapper, lui fit une bise rapide et déclara :

« C’est assez maintenant. Prends tes affaires, nous partons. »

Éléane l’observa l’œil éteint et ne bougea pas. Ils échangèrent quelques regards, puis la jeune fille détourna les yeux pour de nouveau observer la rue en contrebas. Louis poussa un soupir. Chaque fois qu’il rentrait dans cette pièce, son cœur se serrait un peu plus. Il connaissait cette petite femme depuis tellement de temps, il voulait retrouver le pétillement dans ses yeux, la malice de son regard, la folie de ses histoires. Il voulait retrouver son amie de toujours, celle qui avait essuyé les larmes de douleur quand il se blessait dans la cour de l’école, qui venait jouer avec lui le mercredi après-midi dans la ferme de son père, celle qui lui souriait chaque fois que le monde semblait s’effondrer autour de lui.

Il en avait assez de cette absence totale de mouvement, de ce silence constant mais surtout de son emprise sur le moral de sa jeune amie. Il décida alors qu’il fallait faire quelque chose. Il savait qu’il fallait la faire sortir, lui montrer autre chose. Louis n’avait pas oublié que le plus bel héritage d’Éléane était la maison de sa grand-mère sur la côte Atlantique, en haut d’une falaise bretonne balayée par les vents marins où elle l’invitait chaque été à passer deux inoubliables semaines de vacances. C’est là-bas qu’il l’emmenait.

Louis commença à chercher dans les placards et finit par trouver une petite valise. Il la remplit de quelques affaires de voyage, ils seraient partis une semaine au moins. Éléane ne détourna pas le regard et continua son observation d’un air absent.

Il avait fini sa valise et il la poussa jusqu’à la voiture, la déposa sur le siège avant et ils partirent enfin pour l’océan. Mais, après trois jours passés là-bas, rien ne changeait vraiment. Il savait pourtant à quel point la jeune fille aimait cette maison, la vue sur l’océan furieux qui s’échouait contre les falaises. Un matin, il finit par éclater.

Louis hurlait, de plus en plus fort. Éléane se dit que s’il continuait ainsi, bientôt elle ne pourrait plus l’entendre du tout tellement il criait fort. Elle le regardait pendant qu’il jetait toute sa frustration et son impuissance entre leur deux corps. Il était rouge de colère, le sang battait sur sa tempe, ses veines ressortaient sur ses avant-bras découverts. Il lui faisait mille reproches sans importance, il vidait la bile qui s’était accumulée depuis plusieurs mois au creux de son cœur. Elle ne disait rien. Elle continuait de l’observer, d’un œil neutre et hagard. Elle n’avait pas le droit de l’interrompre, elle ne pouvait pas, même si elle l’avait voulu. Elle aurait pourtant aimé lui dire qu’elle ne lui avait rien demandé, surtout pas de rester auprès d’elle, qu’il était libre de partir, libre de toutes obligations à son encontre. Mais, elle savait que ça ne ferait qu’attiser sa colère. Alors, elle se tue pour une fois. Elle garda bouche close, les yeux grands ouverts sur son ami de toujours qui crachait son désespoir à son visage. Parce que lui aussi devait vivre avec l’accident, à sa manière. Elle savait qu’il prenait beaucoup sur lui. Il hurla pendant de longues minutes, s’arrêtant à peine pour reprendre son souffle. Parfois, ses phrases n’avaient plus aucun sens, les mots semblaient sortir dans le mauvais ordre et s’inverser. Dans sa tête à elle, aucun ne faisait sens.

La voix du jeune homme, déformée par la colère, arrivait comme assourdie à ses oreilles. Il était un feuilleton à qui on avait coupé le son. Il serrait les points si fort qu’elle eut un moment peur qu’il n’implose. Elle se retrouverait alors couverte des restes de son ami et elle serait clouée à son fauteuil pendant des jours, avant de mourir de faim et de soif, jusqu’à ce que quelqu’un se décide à monter jusque-là, pour découvrir des restes de corps, mangés par des vers et des mouches et peut-être des oiseaux, rentrés par la fenêtre ouverte. Elle regarda par la fenêtre, la brume qui s’était dissipée laissait entrevoir l’horizon lointain, l’océan calme et puis les mouettes, rieuses, qui jouaient avec le vent. Elle se perdit dans sa contemplation et oublia les hurlements de l’immense jeune homme qui s’égosillait en face d’elle. Elle aimait la maison sur la falaise, son odeur et ses couleurs, sa solitude, face à l’océan qui se déchaînait inlassablement contre les rochers en contrebas. Elle écouta le ressac et le bruit des vagues qui venaient s’échouer violemment contre la paroi. Elle ferma les yeux. Plus rien d’autre n’existait.

Éléane fut tirée de ses pensées lorsque Louis la saisit par les deux épaules. Il serrait fort. Elle ouvrit doucement les yeux et le regarda. Elle voyait la fureur qui assombrissait son visage. Elle plongea son regard dans le second océan glacé qui peuplait le lieu. Elle lui toucha doucement la joue du bout des doigts. Il ferma les yeux et inspira longuement. Sans bouger il les rouvrit et déclara doucement : 

« Moi je t’aime et ce sera le cas autant que possible. J’espère être un gars sur qui tu peux compter, à qui tu peux parler. Mais je ne peux pas vivre à ta place. Je ne peux pas te forcer à faire les choses. Je ne peux pas oublier pour toi. Mais je peux te dire que ça va être difficile et qu’il faut aussi que tu apprennes que tu ne peux pas juste l’enfouir loin derrière une porte fermée bien à clé avec six cadenas. Ça ne marche pas comme ça : tu vas juste devoir apprendre à vivre avec. À continuer d’avancer, de retrouver de la confiance, de la fierté, de la dignité. Plus rien ne sera jamais pareil. Mais la vie est faite de changements. Et tu n’es pas seule. »

Quelques jours plus tard, allongée sur la plage baignée de soleil, on aurait pu croire qu’elle dormait. Pourtant, elle avait les yeux bien ouverts. Elle regardait le ciel, les yeux dans le vague, observant la lente course des nuages, imaginant des formes, celles qui ne peuvent qu’être imaginées, celles qui n’existent pas, ou seulement dans les rêves. Le ressac la berçait doucement et pour une fois depuis bien longtemps elle ne pensait plus à rien. Son esprit se vidait, elle n’avait toujours rien à dire, mais le silence n’était plus menaçant, elle avait le droit de se laisser aller et de se complaire dans cette contemplation silencieuse.

C’était une véritable symphonie du corps. Louis était sur la plage, debout face à l’océan glacé, qui ne parvenait pas à l’atteindre mais qui essayait sans relâche, impitoyable, de venir mordre ses pieds. Il commença par défaire ses lacets et enlever ses chaussures, puis ses chaussettes. Ses gestes étaient lents, mesurés, calculés. Il déboutonna son pantalon, le retira et le plia minutieusement avant de le poser sur ses chaussures. Il fit de même avec sa chemise. Il retira finalement son caleçon et fit face à la mer. Il n’était rien, que poussière dans l’univers. Il barrait de son corps la lumière du soleil qui se couchait, loin à l’horizon. Il n’était plus qu’une silhouette se découpant à la surface de la terre, comme s’il s’effaçait et s’éloignait peu à peu. Il se découpait de telle manière, elle avait l’impression qu’il se transformait et faisait partie d’un univers parallèle, qu’il n’était plus vraiment avec elle dans ce monde clos qu’ils s’étaient construits ensemble. Les courbes de son corps étaient tout ce qui lui restaient. Si elle fermait les yeux, elle pouvait les imaginer contre son corps à elle, elle aurait presque pu les dessiner. Mais elle ne voulait pas le quitter des yeux. Il avança lentement vers l’eau, il frissonna quand ses pieds entrèrent en contact avec l’eau glacée. Elle pu discerner à contre-jour ses poils se hérisser sur sa peau. Mais il continua, il pénétra dans l’océan, lentement, mais sans jamais s’arrêter. Bientôt, il eut de l’eau jusqu’aux épaules. Il finit par disparaître complètement, avalé par les eaux désormais noires de l’océan. Elle n’entendait plus que le ressac sur la plage. Le soleil s’était couché, une nouvelle nuit commençait.

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.