Au mois de mai, à l’occasion des Nuits Sonores, Art Feast s’invite en plein cœur de Lyon, sur la place des Capucins, à travers un Extra ! pas comme les autres. Les 10, 11 et 12 mai, La Madone ouvre ses portes pour danser le soleil et chanter la mer.

L’événement : quand la plage débarque sur les pentes

Résultat de recherche d'images pour "place des capucins lyon"

Le bar de la Madone, qui ouvre à la fin du mois d’Avril, sur la place des Capucins, récupérant les murs du “Vin’temps”, est un projet mené à 8 mains par Lotfi, Guillaume, Romain et Raphaël. Pour l’ouverture de leur belle Madone, ils collaborent avec l’association Art Feast, pour offrir un Extra ! Nuits Sonores bien emblématique des ambiances qu’ils savent créer. Transats, soleil, folie, antipastis et houmous, ils invitent la méditerranée pour faire voyager les pentes. Sur de la house music empreinte de sonorités balnéaires, l’ambiance décalée et conviviale sera de mise, autour de bons amis, et d’une voiture-jacuzzi.  Si si, d’une voiture-jacuzzi.

Benedetto Bufalino et sa voiture-jacuzzi

La Madone accueille sur sa place des Capucins l’œuvre du très célèbre artiste lyonnais, Benedetto Bufalino.

Benedetto Bufalino, est, comme on l’entend souvent, un “réanchanteur du quotidien”. Ce spécialiste du détournement d’objet prend le banal pour réaliser les choses les plus folles. Cet artiste plasticien, sortant du lycée de la Martinière-Diderot, marque les villes de France, et de l’étranger, de ses réalisations qui marquent les passants et les curieux. À Lyon, il avait ébloui la Fête des Lumières de sa bétonneuse disco, avait fasciné avec sa cabine téléphonique aquarium, et a, cette année, exposé le même genre de poisson, cette fois-ci dans une pelleteuse de chantier. De ces objets de l’ordinaire, il a fait des œuvres d’art, des choses fascinantes : il leur redonne un nouveau souffle. Il le dit lui-même : « Mélangeant design, art, architecture, je cherche une dimension décalée pour offrir de nouvelles façons de vivre ».

Résultat de recherche d'images pour "benedetto bufalino bétonnière"

Bétonnière-disco, Fête des Lumières, Lyon, 2016

Résultat de recherche d'images pour "pelleteuse aquarium"

Pelleteuse-aquarium, Fête des Lumières, Lyon, 2017

 

Aujourd’hui, il revient à Lyon avec une belle association d’idées. Une voiture de marque Seat, modèle Ibiza, n’évoque-t-elle l’été, la plage, l’art du farniente balnéaire ? Bufalino la réaménage en jacuzzi. Comme le disait l’historien de l’art Paul Ardenne : «De même qu’un DJ s’empare de musiques déjà entendues pour en faire autre chose – un « mix », en l’occurrence –, cet encore jeune artiste ayant fait ses armes à Lyon et dans le design, lui aussi, « remixe » le réel. »

Image associée

La seat-ibiza, voiture à bulle

 

Cet artiste, non pas de musée, mais bien de rue, sera présent le 10 mai sur Lyon, et nous laissera sa voiture-jacuzzi sur la place des Capucins, le 10, 11, et 12 mai pour l’Extra ! Nuits Sonores organisé par le bar de la Madone, en collaboration avec l’association Art Feast Records.

Le bar de la Madone

Le bar de la Madone est bien représentatif de la multitude de projets qui naissent et se développent dans le milieu de la musique électronique, et particulièrement dans la ville de Lyon.

Ce sont deux acolytes d’Art Feast qui se sont lancés pour monter ce bar. Alors on s’en doute bien, les origines musicales restent bien ancrées, et ça tombait sous le sens pour eux d’inclure cette dimension dans leur projet. Voilà donc l’idée : un bar d’ambiance méditerranéenne, en plein centre de Lyon, on l’on peut siroter tranquillement en journée, et venir écouter dès la nuit venue des artistes de passage, des amis, des connaissances, des anciennes collaborations, invités pour passer des disques et faire la soirée.

Guillaume et Romain sont deux personnes passionnées, ils ont fait leur vie dans le monde de la House. Romain a fondé Art Feast, Guillaume est à sa tête aujourd’hui, et est aussi compositeur. Ce sont des connaisseurs, des personnes qui baignent dans le milieu de la house et autres branches de la musique électronique. La programmation promet donc d’être intéressante.

On retrouve donc dans le bar de La Madone l’idée d’une auberge espagnole, remise au goût du jour : on y trouve ce qu’on y a apporté. Cette adresse est à retenir, car elle ne saurait tarder à devenir un lieu incontournable parmi les repères de la musique électronique lyonnaise.