Le cinéma en plein air pour un été à Lyon

by Eulalie Pernelet
0 comment

Dans le 8e de la Ville Lumière, un cinéma plein air gratuit est programmé du 25 juin au 27 août 2019. Chaque mardi, l’Été en cinémascope propose un nouveau film en version originale sous-titrée.

Depuis déjà 20 ans, l’Institut Lumière propose pendant tout l’été des séances de cinéma gratuites en plein air. Pour cette nouvelle édition, c’est la place Ambroise Courtois qui accueillera films et spectateurs. La programmation regroupe des œuvres dont les dates de production vont de 1962 à 2018. Ainsi, cette large variété de choix peut satisfaire toute sorte de public.

Deux projections qui ouvrent le bal

Le festival du cinéma en plein air commence le mardi 25 juin à 22 h avec Captain Fantastic, une production américaine de 2016 mise en scène par Matt Ross. Cette comédie dramatique longue de deux heures immerge le spectateur dans les forêts reculées du Nord-Ouest des États-Unis. Le public s’intéresse alors à un père qui dédie sa vie à celles de ses six enfants. Mais subitement, la famille doit abandonner sa vie isolée de toute société… Le récit prend alors l’allure d’une folle aventure sur les routes américaines.

Captain Fantastic – Photo de Mars Films

Le premier mardi de juillet à 22 h, Moi, Daniel Blake sera sur grand écran. Ce drame britannique, français et belge, sorti en 2016, raconte les difficultés que rencontre un menuisier de 59 ans. « Celui-ci est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Malgré l’interdiction de travailler ordonnée par son médecin, il se voit dans l’obligation de trouver un emploi sous peine de sanction. » Le public pourra durant 1 h 40 admirer le film de Ken Loach, primé par une Palme d’or lors du Festival de Cannes de 2016.

Moi, Daniel Blake – Photo de Dave Johns

Retour en 1962 pour la suite du mois de juillet

La semaine suivante, le rendez-vous sera celui d’un hommage. Photographe et réalisatrice française, Agnès Varda est décédée le 29 mars 2019 à Paris. Son second film Cléo de 5 à 7, tourné en noir et blanc en 1962, sera projeté le 9 juillet à 22 h pour lui rendre honneur. Le moment sera donc celui de retrouver la célèbre chanteuse Cléo déambulant dans les rues de la capitale. L’attente des résultats médicaux de l’héroïne, interprétée par Corinne Marchand, donne un aspect dramatique à la réalisation devenue emblématique du cinéma français.

Cléo de 5 à 7

La projection du 16 juillet, toujours à 22 h, présentera Divorce à l’italienne, une comédie dramatique et romantique de Pietro Germi. Ce film italien place Ferdinando, joué par Mastroianni, dans un destin sentimental invivable. Marié à Rosalia, celui-ci est pourtant amoureux d’Angela, sa jeune cousine. À cette époque, le divorce est interdit en Italie, le héros, rempli d’enthousiasme, propose donc une séparation à sa manière. Voici un récit à l’humour burlesque dans un décor en noir et blanc.

Divorce à l’italienne – Photo des Films du Camelia

Pour finir en beauté avec les projections du mois de juillet, le cinéma plein air propose le western américain L’Homme qui tua Liberty Valance de John Ford, le 23 juillet à 21 h 45. Pendant deux heures, le public découvrira l’univers de la ville de Shinbone dans l’État d’Alabama. La caméra se penche sur la vie d’un sénateur cherchant à punir le bandit Liberty Valance. Classique et incroyable chef-d’œuvre en noir et blanc à honorer.

L’Homme qui tua Liberty Valance – Photo de Swashbuckler Films

Le festival du cinéma plein air en août

Le 13 août à 21 h 30, Jurassic World: Fallen Kingdom de Juan Antonio Bayona offrira un mélange d’action et de science-fiction. Le long-métrage américain d’une durée de deux heures présente le parc Jurassic World trois ans après sa destruction. Les dinosaures survivants exploitent la jungle de l’île désertée par les hommes. Sorti en 2018, ce nouveau film de la saga emblématique redonne du dynamisme à l’aventure si connue du public.

Jurassic World: Fallen Kingdom – Photo de Universal Pictures France

La semaine d’après, le film L’Aventure c’est l’aventure de Claude Lelouch, paru en 1972, se verra proposé. Cette année-là, les temps étaient rudes pour les truands. « Des malfrats décident de se recycler dans l’action politique. » Enfin, le célèbre réalisateur français réinvente à sa manière une comédie inspirée par le show-business, les politiques, les révolutionnaires et la religion.

L’Aventure c’est l’aventure

Finalement, le festival s’achèvera le 27 août à 21 h avec un film aux couleurs politiques. Sorti en 2018 et réalisé aux États-Unis par Spike Lee, BlacKkKlansman : j’ai infiltré le Ku Klux Klan est primé de l’Oscar 2019 du meilleur scénario adapté ainsi que du grand prix du Festival de Cannes 2018. Inspiré de la vie de Ron Stallworth, le biopic retrace les convictions d’un officier de police luttant pour les droits civiques. C’est au début des années 1970 que cet Afro-Américain infiltre le Ku Klux Klan. Le film bouleversant exerce un véritable travail de mémoires.

BlacKkKlansman : j’ai infiltré le Ku Klux Klan – Photo de Focus Features LLC

Retrouvez toutes les informations supplémentaires sur l’Institut Lumière.

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts