Cette année le festival lyonnais Reperkusound nous proposait encore une fois un line up riche en couleurs et en styles musicaux variés. Arlyomag était au rendez-vous pour les nuits deux et trois.

Le Reperkusound, festival lyonnais de musique électronique, tire sa notoriété d’une programmation musicale bien ficelée, mettant en avant un aspect de la culture internationale underground.

Sa vocation est d’attirer un public local mais aussi national et européen. Cela se fait surtout à l’aide d’une programmation audacieuse incluant une large part de créations et de découvertes musicales. Cette année, nombreux sont les artistes qui s’y sont produits. Pendant trois jours successifs, les festivaliers ont pu voir se succéder Amon Tobin dans son Projet « Two Fingers », Noisia et beaucoup d’autres artistes phares tels que Phazz, Tchami, Lido, Nightmares On Wax etc.

Pour ses dix ans, le festival a également fait un effort particulier dans sa mise en place. Par exemple, les festivaliers avaient l’opportunité de voir leurs tweets projetés sur un mur géant de la salle du haut. Nous pouvions ainsi lire des commentaires tels que « C’était de la folie », « Merci Lyon » etc. Même certains magasines musicaux, dont Tsugi, se sont amusés à commenter les concerts en direct.

La scénographie était également de mise puisque qu’avant les sets respectifs d’Amon Tobin et d’Infected Mushrooms, nous avons eu l’opportunité d’admirer un décor animé et une bande son tournés autour du thème de la science fiction. Au final, geeks, amoureux de la musique ou simples curieux ont pu y trouver leur compte. Cette édition des Reperkusound était donc ponctuée de réussites. C’est cette programmation et organisation bien huilée qui permettent au festival d’entretenir une réputation bien au-delà de la région.

Les Reperkusound font définitivement partie du visage musical de la ville des lumières, notamment par leur aspect varié ainsi qu’électronique. Cependant, l’édition de cette année à été ponctuée par quelques mauvaises surprises.

11095083_10153230995604557_4808525232903028625_n

© N-dy Photography

Arrivés sur place, nous faisions tout de suite face à un public jeune, motivé et débordant d’énergie. Certains concerts, notamment celui de Super Discount et de Two Fingers, étaient très mouvementés. Bien que cela puisse sembler acceptable étant donné les styles musicaux des artistes, quelques spectateurs semblaient mécontents d’avoir à faire face à un public très, voir trop, dynamique.

Curieux, Arlyomag est allé poser quelques questions aux personnes pour savoir ce qu’ils pensaient du public.  « Il y a les gens qui sont là pour le son et les autres qui sont moins conscients de leurs actes et du respect des autres » Adrian, dix-neuf ans. Camilla, du même âge, approuve les propos d’Adrian et rajoute : « Il y a vraiment de bons artistes mais il faudrait penser à limiter l’entrée des gens. Il faudrait même peut-être même envisager de ne laisser rentrer que les personnes majeures. Même si les organisateurs essayent de contrôler, certains comportements sont durs à supporter. » Avis que Nicolas, seize ans, ne semble pas partager « On a eu le plus de bruits et la meilleure ambiance pour Super Discount par exemple. Un concert je pense que c’est ça ».

Beaucoup de lyonnais qui ont expérimenté très tôt le festival et en gardent un bon souvenir admettent tout de même que le festival « fait très jeune malgré une programmation musicale de qualité ». Les clivages entre les âges font face. Cependant la véritable question se pose : Faudrait-il réellement limiter l’accès du festival aux personnes majeures ?

 

10984121_10153230977499557_7088856119008129241_n

© Joris Couronnet Lyon Photographe

[poll id= »4″]

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.