L’erreur serait de suivre la mode les yeux fermés. Car certains vêtements et accessoires dits tendance sont parfois assez vulgaires ou disgracieux. Voici un petit tour d’horizon des derniers flops de la mode, vus par des pros (créateurs, couturiers et stylistes lyonnais) à qui nous avons posé la question.

Pour le haut : éviter la brassière

Lorsque l’on demande à Violaine Bruno (créatrice des vêtements de prêt-à-porter Filigrane) quel est, selon elle, le pire vêtement à la mode en ce moment, la réponse ne se fait pas attendre : « La brassière. J’en ai vu dans la vitrine d’une boutique l’autre jour. Ça, c’est vraiment mortel. » Sur la plage, avec un ventre archi-plat, cela peut éventuellement passer. Mais il est vrai que montrer son nombril en plein centre-ville peut paraître un peu déplacé. Ce vêtement, issu de la mode des années 20, trouverait certainement mieux sa place au rayon lingerie.

Pour le bas : bannir le legging imprimé

flops legging

Laurie Sorace (couturière responsable de la boutique Instanretro) choisit, quant à elle, de nous parler des leggings imprimés. « Vous savez, ces caleçons bariolés, multicolores, super moulants. » Oh oui, on voit très bien. Il en existe pour tous les goûts, avec semble-t-il un seul mot d’ordre : plus c’est voyant, mieux c’est. Des galaxies, des motifs aztèques ou tribaux… Tout y passe. Quoi qu’il en soit, s’il est porté comme un pantalon, le legging peut très vite s’avérer vulgaire. Si vous tenez effectivement à en porter, joignez-y une tunique de couleur sobre. Nous ne sommes là ni pour montrer notre derrière ni pour ressembler à des clowns.

Aux pieds : oublier les baskets compensées

flops baskets

Ce que déteste Marie Dumas (créatrice de bijoux en pâte polymère à L’atelier lyonnais), ce sont les baskets à talons compensés, ces chaussures souvent très tape-à-l’œil. Marie résume cette tendance en un seul mot : « BEURK ». Il est vrai que l’on peut avoir du mal à comprendre ce qui plaît dans ces chaussures. L’intérêt principal des talons est d’apparaître chic et féminine. Alliés à des baskets, on ne peut pas dire que cela soit franchement le cas. Gros scratchs ou gros lacets sur des talons, c’est un peu le comble, non ?

Au poignet : tirer un trait sur le bracelet en caoutchouc

flops bracelets

La hantise de Shirley Dratler de By LiS (marque de création de manchettes), ce sont les bijoux en caoutchouc ou en silicone. Leur aspect synthétique a de quoi faire fuir la créatrice de bijoux (très travaillés) qu’est Shirley. « Vraiment, c’est quelque chose que je ne comprends pas. Encore, retravailler le caoutchouc, l’allier à d’autres matières, d’accord, mais là, c’est incompréhensible. » Plus ou moins fins, plus ou moins voyants, de forme plus ou moins insolite, ce sont des bracelets que l’on réservera plutôt aux adolescents.

Pour finir, un dernier conseil… N’achetez pas des vêtements parce qu’ils sont à la mode, ne les boycottez pas parce que des pros les boycottent : créez votre propre style, mixez les tendances, ne ressemblez pas à tous ceux qui vous entourent, soyez vous-mêmes !

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.