Luc Besson : la suite de l’enquête
Sponsors

À la fin du précédent article sur Luc Besson, nous expliquions que Fleur Pellerin avait décidé de ne pas donner de financement au prochain film du cinéaste (voir ici). Depuis, de l’eau a coulée sous les ponts, et la ministre de la culture est revenue sur sa décision le 5 octobre 2015.

Besson va donc bénéficier de ses 30% de crédits d’impôts et tournera bien son film, Valérian et la cité des mille planètes, en France et non en Hongrie ! Youpi ! Cela va en créer de l’emploi ! Tout le monde saute de joie.

Seulement voilà, notre ami Luc ne pouvait se contenter de cette victoire financière, et lance le 8 octobre dernier un concours de création de costumes pour le film (voir ici). Et là, les réactions sont, à juste titre, virulentes sur les réseaux sociaux. Car Besson propose ni plus ni moins à vous, internautes, de travailler gratuitement pour son film. Au lieu de proposer une dizaine de postes, voire plus, de « costume designer », il va simplement se contenter de prendre les meilleures idées proposées par des participants du monde entier à son concours. Car s’il paie 20 000 euros grand maximum pour 20 idées de costumes, rien ne l’empêche par ailleurs de s’approprier certaines idées des propositions non sélectionnées. Et dire qu’il a reçu le soutien de la grande majorité de son public pour obtenir son crédit d’impôt. Si on avait su…

Heureusement, il y a une certaine justice quand même. Et dans notre article précédent, nous avions parlé du fait que plusieurs films écrits par Luc Besson étaient grandement inspirés du film New York 1997 de John Carpenter. Et bien, nous ne pouvions être plus dans le vrai, puisque le grand Carpenter lui-même a depuis porté plainte contre Besson, et remporté son procès pour plagiat comme le signale le Huffington Post du 16 octobre dernier.

Europacorp veut faire appel contre cette décision de justice, ce qui reste très drôle tout de même quand on y pense. On n’a pas fini de rire !

ny1997

Simon Dunkle

Simon Dunkle

Défenseur de la veuve, mais pas de l'orphelin, nul ne sait qui est Simon Dunkle. Tout juste sait-on qu'il a obtenu le baccalauréat scientifique à l'âge de 1 an, avant d'organiser plusieurs manifestations contre l'extrême facilité des examens du MIT 4 ans plus tard. Aujourd'hui âgé de 7 ans, il travaille depuis 2 ans au sein d'ArlyoMag, malgré le fait qu'il soit recherché par Interpol. En effet, il est accusé de mise en danger de la vie d'autrui après avoir publié une fausse annonce dans le journal "Les Inrockuptibles" concernant l'ouverture d'un restaurant Vegan avec buffets à volonté en Syrie. Ce qui aurait conduit à la mort accidentelle d'environ 500 hipsters s'étant rendu là-bas pour y manger, jugeant le lieu "totalement non-mainstream" selon leurs propres dires.