Le concept est de donner une seconde vie à des vêtements authentiques des années 50 à 80. Cela fait juste un mois que Laurie Sorace a ouvert sa boutique Instanretro au 67 rue Ney dans le 6e arrondissement de Lyon. Boutique qui lui sert également d’atelier, puisqu’elle se propose de retoucher les vêtements rétro pour les adapter au monde d’aujourd’hui.

Imaginez… le parcours d’un vêtement… Il naît des mains d’une couturière au milieu des Trente Glorieuses. Laurie le trouve, près d’un demi-siècle plus tard, dans un vide-greniers ou une vente Emmaüs. Elle le nettoie et le rafistole si besoin. Une cliente voit ce vêtement en vitrine d’Instanretro. C’est le coup de cœur. Elle rentre, essaie et, déçue, réalise qu’il ne lui va pas tout à fait. Intervient à nouveau Laurie, munie de sa machine à coudre. En deux temps, trois mouvements, la cliente se retrouve avec une robe qui correspond à sa morphologie et le style qu’elle souhaite avoir.

Voilà le rôle de Laurie. Cette jeune femme de 25 ans sort de l’école ESMOD et d’un stage chez le grand Jean Paul Gaultier à Paris. Polyvalente, elle a également été modéliste, styliste et illustratrice free-lance. Mais c’est son amour pour le vintage qui l’a convaincue de se lancer. Et le déclic a eu lieu dans une friperie. Elle a acheté une pièce et a été obligée de la retoucher elle-même. C’est là qu’elle a eu l’idée d’inventer un lieu qui fasse à la fois boutique et service de retouche. Parce que les vêtements vintage sont des pièces uniques, donc forcément en taille unique. Par ailleurs, ils ont souvent besoin d’un petit coup de fraîcheur : raccourcir une robe, lui créer un décolleté, pour la moderniser un peu. Cependant, Laurie tient à tout prix à respecter le vêtement, à ne pas en faire n’importe quoi, à le modifier tout en restant dans une certaine cohérence. Elle définit la mode vintage comme très féminine et élégante : cols, dentelles, tailles ceinturées, jupes au genou…

1543863_10202206144452512_1272079234_n

Son modèle, c’est sa grand-mère. Petite, Laurie était émerveillée en fouillant dans son placard ou en voyant sur des photos les vêtements qu’elle portait lorsqu’elle était jeune. Elle la décrit comme une femme élégante et passionnée par la couture. Une chose est sûre : elle lui a transmis sa passion.

La boutique-atelier Instanretro correspond à une pratique qui est dans l’air du temps : celle de renouveler, de ne pas jeter. L’objectif est d’aller à contre-courant de la société de surconsommation et d’uniformisation. On a ainsi l’opportunité de consommer autrement, de revenir à des valeurs essentielles et également de s’habiller différemment des autres, avec des vêtements uniques. Et vous ne vous ruinerez pas, puisque les prix sont très honnêtes : à partir de 25 euros pour le vêtement, et une quinzaine d’euros pour la retouche.

Enfin, Laurie trouve que Lyon est une ville tout à fait propice à ce genre de boutique. Elle la qualifie de « grand point de rendez-vous du vintage », avec par exemple le Marché de la Mode Vintage, pour lequel des gens du monde entier se déplacent. À ses yeux, il y a une réelle cohérence entre Lyon et le vintage, et c’est ce qui l’a convaincue de revenir de Paris. Tant mieux pour nous !

IMG_0580[1]

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts

3 Commentaires

Marie 20/03/2014 - 18:22

Le concept est une merveille!
Il concilie ou réconcilie:
Esprit glamour, féminin, tendance,
Désir légitime d’être unique,
Besoin grandissant d’adopter une posture éthique en brisant le tourbillon affolant « envier-consommer-jeter »
Bravo à Laurie SORACE qui met son expérience et son talent au service d’une création si novatrice.

Louise Prévost 20/03/2014 - 19:47

Je suis d’accord avec vous. Au-delà du fait de porter un vêtement chargé d’histoire, la possibilité d’être hors du cercle vicieux de la consommation. C’est de ça dont on a besoin !

Pichery Duran 20/03/2014 - 17:44

Le concept est une merveille!
Il concilie ou réconcilie:
Esprit glamour, féminin, tendance,
Désir légitime d’être unique,
Besoin grandissant d’adopter une posture éthique en brisant le tourbillon affolant « envier-consommer-jeter »
Bravo à Laurie SORACE qui met son expérience et son talent au service d’une création si novatrice.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.