Il y a deux ans, par un heureux hasard et à l’occasion d’un mix inattendu sur le rooftop du Docks 40, les Lyonnais Erwan et Sacha deviennent DudMode. Depuis, ce duo d’électro a répandu sa musique syncrétique, entre techno et musiques du monde, à Lyon, Paris et Bordeaux. Leur premier EP, Odenza, est annonciateur d’une suite très prometteuse. En attendant le deuxième, nous avons donc rencontré Erwan, Sacha et Mitch, leur manager et fondateur de Baldwin Records.

 Salut DudMode ! Qui êtes-vous ?

Sacha : Brun, beau (rire), j’ai 20 ans, je suis étudiant et musicien.

Erwan : Je suis étudiant en IUT et on fait de la musique.

 Question classique mais nous sommes curieux : pourquoi avoir choisi DudMode ?

Erwan : D’une partie de pêche et d’une bouteille de rouge au bord de l’étang de ma maison de campagne.

Sacha : Pourquoi DudMode ? Seuls les poissons le savent ! Et nous n’en avons pas pêché ce jour-là…

 Vous avez mixé au DV1 il y a dix jours. Cela s’est bien passé ?

Erwan : C’était super sympa, avec Costello et le public était super cool. Nous sommes très bien accueillis au DV1 avec notre petite famille Baldwin (NDLR : leur label). C’était très familial.

 Du fait que vous soyez un duo, comment travaillez-vous ensemble ? Y a-t-il des divergences quelques fois ?

Sacha : Nous ne sommes pas si différents que ça puisque nous nous connaissions avant de former DudMode, donc cela aide beaucoup. Nous avons généralement les mêmes avis, cela va tout seul.

Erwan : Nous discutons beaucoup pour savoir l’avis de l’autre. Nous nous connaissons par cœur, donc nous savons ce que l’autre veut.

 Justement, quel est le point de départ d’un morceau ?

Sacha : Cela fonctionne par des sessions, tu as une idée en tête et tu t’amuses. Tu joues avec les instruments et parfois le hasard fait les choses. C’est très rare que nous fassions un morceau en une journée. Un morceau se travaille sur le long terme. Par exemple, tu travailles quatre ou cinq heures, tu vas boire une bière, ton humeur a changé, tu t’y remets, tu te couches et tu t’y remets… Pour notre premier EP, il y a eu un travail préliminaire sur plusieurs mois qui a été enregistré ensuite avec l’aide de nos producteurs de l’époque.

 Comment travaillez-vous avec votre label Baldwin Records ?

Erwan : Nous sommes totalement libres dans nos choix. Pour les sorties de morceaux, nous proposons et le label l’accepte ou non.

Sacha : Aujourd’hui, nous ne travaillons qu’avec le label Baldwin car nous sommes de jeunes artistes, et il nous permet de nous donner des repères. Nous percevons le label comme un conseiller, tout en restant le plus indépendant et le plus libre. Nous prenons plaisir à avoir leur avis.

 Quelles sont vos influences ? Et vos écoutes du moment ?

Erwan : Notre musique est un mélange de musiques du monde avec la techno. Cela peut aller du hip-hop à de la techno et de la musique indoue. Nous nommons nos morceaux en fonction de cela. Pour le morceau Ekaja, la chanteuse chante en indou, c’est la première fois que nous utilisions un vocal de femme et « Ekaja » veut justement dire « fille unique » en indou. En ce moment, j’écoute énormément la compilation Acid Arab et le rappeur Gucci Mane.

Sacha : J’écoute l’album de l’artiste américain Kris Wadsworth. Sa musique traduit beaucoup de volonté et des messages importants.

 Vous avez commencé par des mixtapes « Idyllic Tapes »…

Erwan : Ces mixtapes reflètent nos influences. Au début, notre démarche était de comprendre ce que nous aimions et comment fonctionnait la démarche de la production musicale, avant de définir une ligne artistique. Mais pour l’instant, notre travail se porte sur le prochain EP.

https://soundcloud.com/dudmode/idyllic-tape-dudmode

 Une collaboration de rêve ?

Sacha : Avec Dita Von Teese ! (rire) Sinon blague à part, c’est particulier car on est dans notre monde pour l’instant. On apprécie les artistes, mais on ne se visualise pas travailler avec eux. On aime le mythe autour d’eux, on a envie de continuer à croire au génie dans son studio.

 Une préférence entre le DJ set ou le vrai live ?

Ensemble : DJ set.

Erwan : Nous n’avons encore jamais fait de live, ce n’est pas d’actualité, peut-être sur le plus long terme.

 Que pensez-vous de la scène électro, mais aussi des évènements électro à Lyon ?

Erwan : La scène électro est très riche !

Sacha : C’est un petit monde, ce n’est pas négatif, seulement nous retrouvons toujours les mêmes personnes.

Erwan : Culturellement, Lyon a beaucoup évolué ces dernières années. Les lieux se sont multipliés et l’esprit Nuits Sonores a stimulé l’engouement pour la musique électronique, la scène lyonnaise se diversifie, le public est plus ouvert et rarement déçu. Désormais, des artistes connus ont envie de venir, beaucoup de jeunes osent et se lancent. La scène lyonnaise est prolifique.

Votre prochaine date est prévue pour le 1er mai au DV1, puis vous jouerez à Bordeaux le 16 mai avec Digitalism à l’I.Boat.

Erwan : Pour la soirée du 1er mai, cela sera en famille avec la team Baldwin et Androma que nous avons rencontré à la release party de notre premier EP. La soirée prévue à Bordeaux est pour nous une très grosse date. L’I.Boat est une belle salle et c’est une fierté de partager l’affiche avec Digitalism, que nous adorons et que nous écoutons depuis le début. C’était impensable à nos débuts.

Sacha : Je me souviens même avoir regardé un live d’eux à trois heures du matin chez moi un été !

 Quels sont vos futurs projets ?

Erwan : Notre deuxième EP !

Sacha : On a plusieurs dates et réussir nos années scolaires.

 Un dernier mot ?

Sacha : Il faut prendre le temps d’écouter de la musique et de mieux découvrir les artistes.

Mitch (NDLR : fondateur de Baldwin Records) : Baldwin est une petite structure, tout le monde est polyvalent. Je suis le manager de DudMode, leur booker, leur label et leur producteur ! À chaque moment où je les observe, j’ai un œil différent de professionnel. Je suis fier d’eux et de leur véritable recherche musicale.

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts