Supa Dupa mélange les genres et crée une symphonie de musiques urbaines. Entre hip-hop, soul et jazz, le groupe définit son style comme « new urban ». Énergie, générosité et partage sont les bases de ce projet prometteur.

Le groupe, porté par Arthur Caget, batteur et compositeur principal du groupe, a vu le jour en 2015. Les musiciens sont amis, et savent le montrer. En effet, leur complicité n’est plus à prouver.

15626148_1808812756044585_6429712808123587775_o

Notre premier contact s’est fait lors de leur concert au Périscope, en octobre dernier. C’était l’un de ces concerts desquels vous ressortez secoué et marqué pour un bon moment. Les 9 musiciens sont taillés pour le live et nous font partager leur plaisir de jouer sans retenue. Impossible donc de ne pas leur renvoyer cette énergie résolument groovy. Cependant, pas de baisse de régime sur leurs enregistrements studio, comme le prouve leur EP sorti en septembre dernier, et en écoute intégrale ici.

Le groupe sort un premier clip en 2015, introduction à leur univers. Aussi, « Turn this mother out » se veut être un morceau léger, dansant, aux allures de tubes.

[su_youtube url= »https://youtu.be/zWt5jBEN_JQ » width= »800″ responsive= »no »] ici![/su_youtube]

Un premier EP efficace et accessible

Le 30 septembre 2016, le groupe lyonnais sort High on life, premier EP auto-produit, une invitation à entrer dans leur univers. En effet, pas de grosses surprises, mais une efficacité technique et mélodique palpable. Dès la première écoute, on comprend le pourquoi du titre : chaque morceau de l’opus délivre une générosité typique de ce style de musique et touche une corde sensible de l’esprit humain. L’album se laisse écouter comme une introspection, et les mélodies prêtent tant à la rêverie qu’au détachement. On se laisse alors transporter par un hip-hop d’inspiration très américaine, inspiré de Nas, Tupac et autres légendes. Pas question pourtant pour Supa Dupa de se satisfaire d’instrumentales électroniques. Le groupe propose un hip-hop organique et humain, où chaque instrument trouve sa place, de la guitare à la section cuivre.

Les chansons sont portées à la perfection par le rap de NotaBene, posé avec précision et technique, et par Manon Cluzel, chanteuse à la voix puissante et soul. Mais deux excellentes voix ne suffisent pas à faire un album. Le duo vocal est soutenu par un groupe aux sonorités complètes, et au sein duquel rien n’est laissé au hasard.

Supa Dupa ne s’arrête pas là, et travaille sur de nouveaux projets

Les Lyonnais composent en ce moment leur album à venir, et nous maintiennent en haleine grâce à des concerts live en région lyonnaise.

En effet, ils seront le 30 mars au Karnaval Humanitaire, à la Doua. Pour vous tenir informé et ne rien rater de Supa Dupa, rendez-vous sur leur page Facebook.

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.