DES QUALITES CONTRADICTOIRES

Parce qu’il réussit un point fondamental qu’un autre produit du même genre n’aurait pas forcément atteint. Et cet élément, c’est celui de se prendre au sérieux. Aucun humour désamorçant ce que l’on vient de voir (ce qui m’avait pas mal dérangé dans The Avengers par exemple), aucun cynisme avec des punchlines, lancées comme des clins d’œil complices aux spectateurs. Pourtant la volonté de croire aux enjeux (pourtant minces) de l’histoire a fonctionné, car le cinéaste exécute brillamment ce pourquoi nous nous sommes déplacés.

S’appuyant sur le pencak-silat, art martial dont les origines viendraient d’Indonésie, le film déroule un catalogue de séquences de combat qui vont de l’incroyable à l’époustouflant. Et si Evans n’a pas le talent d’un Tsui Hark, d’un John Woo ou d’un McTiernan, il se montre tout de même inventif par moment. Et ce dans les séquences de pur suspense (la machette qui traverse les murs et qui atteint la joue du héros) et dans les moments brutaux (il y en a tellement que je ne peux les énumérer).

Le film a pour lui une technique, sans aucun doute perfectible, mais assez bluffante. La photo peut apparaître conventionnelle, car elle joue quasiment sur le même système. Des couleurs ternes et crades, à l’image de l’immeuble, le tout rythmé par des néons court-circuités et stroboscopiques. Mais c’est oublier que l’utilisation de l’ombre et de la lumière est à saluer : l’assaut des mitrailleurs sur les balcons d’escaliers retient bien l’attention, entre autres.

Les chorégraphies des combats sont toutes fracassantes d’efficacité et l’on ne peut que saluer la performance des cascadeurs. Mais il faut noter également  le bon travail de montage du cinéaste qui parvient à rendre chaque moment lisible, (c’est la moindre des choses me direz-vous).

Les effets spéciaux et visuels, combinés avec une belle intensité sonore, sont tous remarquables et même quasiment invisibles. Cela émoigne de la minutie des détails qu’Evans a voulu imprimer à ses mouvements. Il est dommage d’ailleurs que la bande originale vienne gâcher la musicalité des coups (si l’on peut dire)…

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts

1 Commentaire

Jonathan Placide 29/06/2012 - 22:11

Entièrement d’accord avec cette critique. Même si je trouve que tu y va fort avec la musique. Ok, elle est un peu naze, mais pas plus que dans la majorité du cinéma asiatique, je trouve.
Et par contre, je trouve la photo d’une laideur incroyable, ça sent la retouche faite à l’arrache.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.