Véro-Lyse Marcq, portrait d’une rencontre inattendue avec la littérature 

par Anna Kamenetzky

Treizième-lune

Tombée dans l’écriture un peu par hasard, rien ne destinait Véronique, alias Véro-Lyse Marcq, à plonger dans l’univers de la littérature fantastique. Et pourtant, je la retrouve aujourd’hui pour discuter de ses débuts, de ses motivations et de la sortie de sa dernière novella, Nationale 57

Secrétaire médicale ou assistante sociale, voilà les métiers vers lesquels Véronique voulait se diriger, un choix refusé par ses parents. Originaire du nord de la France, elle obtient son baccalauréat et entame des études de sciences humaines, sans grande motivation. Après plusieurs années infructueuses à la fac, elle plaque tout et déménage dans le Grand Est. Elle commence à travailler dans l’entretien des bâtiments, secteur dans lequel elle se trouve encore maintenant. Un portrait plutôt éloigné de l’habituelle passion littéraire développée pendant l’enfance et du fantasme d’écriture qui en émane.


Une rencontre hasardeuse avec l’écriture

Véronique rentre petit à petit dans un quotidien monotone, et c’est avec l’envie de sortir de cette routine et le désir de partager le centre d’intérêt d’une amie qu’elle découvre l’écriture. Curieuse et créative, elle écrit alors ses premiers poèmes en 2010, à presque 40 ans. Elle prend goût à cette nouvelle pratique et deviendra quelques années plus tard Véro-Lyse Marcq, pseudonyme mélangeant son prénom et le nom de sa grand-mère. Prendre la plume devient rapidement une passion débordante et sa première novella sera publiée en 2016.


Faire naître des émotions fortes

J’aime savoir ce qui stimule les artistes à pratiquer leur art, et ce que ça leur apporte personnellement. Chez Véro-Lyse, transmettre des émotions est une de ses motivations principales. « Quand je lis, je m’évade, je suis en quelque sorte hors de mon corps, même si mes émotions sont visibles à travers lui (larmes par exemple, frissons…), alors que je suis en totale sécurité et que je ne suis pas le ou la protagoniste. J’aimerais vraiment transmettre ce genre d’impression et de ressenti au lecteur via mon écriture, parfois même jusqu’au côté malaisant d’une situation ou le dégoût pour un personnage », m’explique-t-elle.

Elle aime tout le processus d’écriture d’une histoire allant de l’idée de base aux recherches, des corrections au choix de la couverture, etc. Ce qui la passionne aussi, c’est cette impression de liberté absolue, me confie-t-elle : « J’invente, je crée, il n’y a quasi pas de limites. (…) L’écriture provoque un sentiment de liberté totale. »


Des personnages prenants

Certains auteurs construisent des plans détaillés de leur histoire avant de se lancer dans l’écriture. D’autres ont une vague idée et se laissent porter par leur inspiration. Pour Véro-Lyse, c’est un mélange des deux. Elle commence à écrire en sachant où elle veut aller, mais n’hésite pas à changer de chemin en cours de route. Parfois, elle se laisse guider par ses personnages. Elle a même du mal à les abandonner à la fin d’une histoire alors qu’ils doivent céder leur place aux prochains.

Grande amatrice de fantastique et d’horreur, elle puise son inspiration dans les films et les séries relevant du domaine de l’imaginaire, la littérature, la musique, la nature, les comportements humains et ses propres failles. On trouve dans sa bibliothèque beaucoup d’auteurs contemporains rencontrés en vrai comme Cécile Ama Courtois, S. M. Chevalier, Jean Bury, ou d’autres découverts par les réseaux tels que Kevin Kiffer, Eric Cazenave, Matthieu Urban ou la regrettée Hélène Duc.  


Nationale 57

Nationale 57 est la dernière novella de Véro-Lyse Marcq et aborde sous un angle fantastique le retour d’une jeune femme dans son village d’origine. Un retour aux sources lui rappelant de nombreux souvenirs, dont un événement qui va réapparaître soudainement, d’une manière plutôt inquiétante. Une histoire courte qui aborde les liens entre parent et enfant, le regard des autres, le rejet ainsi que la mort.

L’auteure nous promet donc un récit effrayant, elle a même cru qu’une malédiction s’était abattue dessus. « Il a failli voir le jour plusieurs fois, a souvent plu, mais jusqu’à présent, c’était à chaque fois tombé à l’eau », me raconte-t-elle. Et c’est avec la jeune maison d’édition Treizième Lune que cette novella paraît, marquant le début d’une collaboration puisque d’autres projets pourraient éclore !

Nationale 57 est disponible chez Treizième Lune, La Fnac ou encore Amazon.

Retrouvez l’intégralité de l’interview avec Véro-Lyse Marcq dans laquelle vous en apprendrez plus sur sa personnalité, ses inspirations et ses conseils d’écriture.

Print Friendly, PDF & Email

Related Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.